Se préparer à l’accouchement : l’activité prénatale en piscine

En tant que primipare (maman novice), j’ai testé plusieurs méthodes de préparation à l’accouchement avant de trouver celle qui me convenait le mieux.
Aujourd’hui, je vous propose de découvrir l’activité prénatale en piscine.


5 questions à Leïla Bourguiba, psychomotricienne, 9 ans d’expérience :

  1. À qui s’adresse l’activité prénatale en piscine ?

    A toutes les futures mamans dès le début de la grossesse et jusqu’à son terme tant qu’il n’y a pas de contre-indication médicale. La femme enceinte peut venir seule ou accompagnée de la personne de son choix.

  2. Comment se déroule une séance ?

    Elle débute par un temps d’accueil dans la partie profonde du bassin. Nous formons un cercle et chaque future maman se présente. On s’installe en position initiale en ouverture avec une bascule du bassin pour soulager les lombaires. Cette position va nous servir tout au long de la séance pour tous les mouvements dans l’eau. Nous enchaînons avec des exercices dynamiques pour apprivoiser le déséquilibre du corps dans l’eau et favoriser la cardio. La gymnastique est adaptée pour ne pas solliciter les abdos. Le rythme se ralentit au fur et à mesure avec des exercices d’étirements et de respiration. La séance s’achève toujours par un temps de relaxation avec un exercice de détente où la future maman se laisse bercer par les eaux.

  3. Quels sont les bienfaits de l’activité prénatale en piscine?

    Les futurs parents apprécient la mise en pratique autour de la respiration et d’être en lien avec le bébé dans l’eau car les bébés réagissent souvent pendant les séances. C’est également un moment privilégié dans la semaine pour être centré sur son bébé. C’est aussi important pour les futures mamans débutantes que pour celles qui ont déjà d’autres enfants. En 9 mois, le corps évolue. Mon rôle est donc de favoriser la prise de conscience de ces modifications corporelles en suivant l’évolution de la future maman.  L’idée c’est d’être à l’écoute de son corps en revivant des expériences qui vont aider pour la naissance comment le porter etc. C’est aussi pour ça que nous faisons faire les exercices aux papas.

  4. Votre conseil le jour J ?

    Mon conseil est d’être connectée à son bébé. Un papa chirurgien pédiatrique m’a raconté que lors de la naissance de son bébé l’accouchement était long et difficile. Lui, pourtant familier de cet environnement, était désemparé mais la maman est restée sereine. Connectée à son bébé, elle a réussi à le débloquer et le faire arriver. Le dialogue tonico-émotionnel est très important. Les émotions se transmettent via les gestes. Le contact avec le bébé passe aussi par le peau à peau qui le rassurera et lui permettra de s’apaiser. Le toucher reste fondamental tout au long de la vie et en psychomotricité. Par exemple, nous proposons en fin de séance un enveloppement dans un drap humide. 2 personnes vous installent comme dans un hamac et vous enroulent avec le drap fermé. L’idée c’est d’avoir le moins d’appui possible ; on se sent contenu.  Les oreilles sont dans l’eau et les bruits atténués comme in utero. Ça peut être très agréable ou très angoissant selon votre état d’esprit. (NDLR : un de mes moments préférés de la séance). Nous restons toujours à proximité en cas de besoin.

  5. Des anecdotes ?

    Nous n’avons pas encore eu d’accouchement dans l’eau même si lors d’une séance une femme en toute fin de grossesse a senti ses premières contractions. Ce qui est chouette c’est d’accompagner un couple lors de l’activité prénatale et de les retrouver aux séances de bébé plouf (les bébés nageurs de Montreuil ;). Nous avons souvent des faire-part avec des petits mots de parents une maman m’a même confiée qu’elle s’était souvenue de ma voix !

Mon avis sur cette activité :  j’y suis allée pour conserver une activité sportive pendant ma grossesse en me disant que ça soulagerait mon dos. J’ai apprécié de cotoyer des femmes à différentes étapes de leur grossesse. Cela m’a permis de voir à quoi mon corps allait ressembler et m’y préparer. La sensation physique des exercices m’a aussi permis de sentir mon corps évoluer au fil des semaines.  Le jour de l’accouchement, la salle de pré-travail avait une douche. J’ai donc pu reproduire les exercices de respiration sous un jet d’eau chaude.  Ça m’a vraiment aidée à mieux supporter le début du travail et gérer les contractions avant la péridurale.

Le gros + :  le fait que le papa puisse venir et partager ces moments de détente et d’échange à 3 avec le bébé. Pouvoir bouger dans l’eau et retrouver de la légèreté est également hyper agréable.

Pour plus d’info : vous pouvez consulter le site  RSCM natation  qui propose cette activité à Montreuil

NB : L’activité prénatale n’est pas une préparation à l’accouchement car elle n’est pas encadrée par une sage-femme.